On se demande!
Sommes-nous dans une galère à pédales ou dans un pédalo à rame?
Au delà l'importante question du transbordement de l'un à l'autre modèle de bateau qu'impliquerait l'élection présidentielle, celle de l'éventuelle fabrication d'un vaisseau hybride à sa suite, la probabilité que ni transbordement ni fabrication suivra l'élection est la plus forte.

Toutefois, dans cette navigante galère, il faudra bien, puisqu'il le faut toujours, désigner quelques vigilants...
On ne sait plus très bien si pédalant d'un pied et ramant d'une main, ce ne serait pas, et le restera pas, à contre-sens.

Et pourtant, beaucoup de candidats et de commentateurs-  les rameurs potentiels(?)- ne prédisent que l'embarquement avec son billet de l'élection, et s'imaginent encore les pieds sur la terre ferme!

Ne se préparent, semble-t-il, que réservées chaloupes, et promesses de chaloupes, et regards mis au point dans le pixel de la longue-vue!

On aimerait bien quelqu'un qui consulte la météo, un autre qui organise les services de secours et les plans des ports et celui des refuges...
Après tout, c'est la mer!
Alors on choisirait un capitaine qui resterait à terre parmi ceux qui y sont?

Inutile d'invoquer le ciel puisque nous sommes déjà embarqués dans une mer de fric, cela depuis longtemps.