L'horreur comptable serait-elle le dernier rempart de la rente?

Sur France-Cul, je viens d'entendre des propos qui m'ont révolté, ramenons cela à l'indignation simple, celle de cinquième catégorie à peine passible, pour être entendu..
Pas le sujet lui-même était douteux, en fait la santé dans l'émission, mais la tonalité des propos.
Je ne devrais pas taper sur mes camarades ministres et communicants....,un peu d'indiscipline parfois c'est pas totalement mauvais!
Et toutefois, je vous rappelle que mon ministère est en cours d'"intitulature".

Quel rapport alors, entre l'indignation née de l'écoute d'une émission de radio, et la morale en comptabilité de grands comptes?
Ben, dans l'émission, bon nombre de ricanements prouvent dors et déjà que la position des intervenants parait absolument assurée, par delà la crise phase 1.
Nous pouvons alors de concert nous réjouir que soit occupés d'avance les espaces qui ont un coup d'avance sur la crise!
Cela permet de rire de sujets graves...., c'est absolument partageable, voire miraculeux...

C'est qu'il y a similitude du rire.
Le rire du comptable, que je connais bien, c'est à peu près le même qu'entendu à la radio.
Celui qui peut naître d'une extériorité avérée, supposée même!
Chacun qui s'entend  compter les sous des autres, peuvent communier dans le même rire!

Vivement un impôt indirect généralisé et conforté aux territoires des réseaux, et que les comptabilités se résument à une stricte nécessité, alors que l'on puisse vivre étant vivants.
N'ai-je pas eu la plus grande difficulté à expliquer à mes enfants qu'ils avaient à racheter par avance leur vie, avant même qu'ils ne la mènent, et même si l'essentiel des biens primordiaux pouvaient s'organiser en partage à faibles coûts, la faiblesse des coûts eux-mêmes faisaient faiblesse?
L'injustice pointe là en dramatiques ressentiments.....
Tandis que l'œuvre comptable reste parée des plus non sapides atours...mais incontournables références.
Mais, en perversité, on peut attaquer les comptables comme les banquiers stigmatisent les mathématiciens, sans la moindre vergogne!

A quoi servent les comptables alors que l'efficacité des monnaies se réduisent à la puissance des dettes, obscures avec les outils financiers, militarisées avec les états?
En moralité, nul doute que le propos fera efficacité sans besoin de moindre cohérence, ....comptable fusse-t-elle.