Là, en moralité, il se passe bien quelque chose de tangible.

Je vais pouvoir aider mon président!

N'a-t-il pas été terriblement abusé, par tous ses amis du "sécuritaire-ment-correct"?

Cela est bien sûr versus sécurité d'état / assurances privées.

Nos banlieues sont-elles inondables?

Il faut qu'il fasse gaffe, je veux dire très attention!

En refluant, parmi certains motifs de l'état, parmi quelques biens fondés de la sécurité due au citoyen, y compris pour défaut d'entretien des digues, n'a-t-il pas commis l'erreur irréparable?

En effet, défausser l'état, ainsi qu'il le fait, en rejetant la faute de l'installation des foyers en zones mal sécurisées, parmi les occupants et les instances civiles et administratives "de proximité", puis exposant en réparation d'abord et seulement parmi les mêmes fourbies de leurs assureurs, alors dans un même sac évanescent excluant l'état, ensuite il a clairement démenti tout motif pour l'état, à garantir quoique ce soit à l'avenir!

C'est à dire que 1500 feux devront disparaitre, par précaution, par sério-situde, par parapluie-attitude....

Heureusement, quoiqu'avocat, il a des conseillers juridiques.

L'état pourrait perdre honteusement quelques billets.

Ainsi, mais cela a mis du temps, l'annonce, prémices aux effets, est que les frais débordants l'arrangement entre tiers, ce sera charge de l'état.

Trois semaines de bras de fer en subjectivité font honte!

Mais qui pourra croire que consolider des digues, cela coûte plus cher qu'évacuer et réinstaller 1500 foyers?

Qui pourra admettre que la superbe de l'état nouveau, réduit en efficacité, est pour l'exemple en de telles efficiences?

Qui pourra croire que se porter au secours des assurances, cela se confit uniquement en sanctification de contrats et primes librement négociées, entre privautés qu'ainsi l'état magnanime le déclarerait pour conforter?

Et qui pourra croire enfin que la solidarité est un vain mot, en nos motifs d'identité nationale?

Entre boucliers et parapluies, les choses se resserrent, et cela nuira à mon président.

Je dois l'alerter, pondre un rapport, le faire seul de surcroît, car Mâme Michue que finalement j'ai engagée, n'entend rien en ces matières.

Plus loin qu'enfin, surtout, comment imaginer que la France est incapable de consolider des digues, objet de bien public, datant de deux siècles alors que se consolident bien d'autres évanescentes matières!!!!

Pourquoi, en quelle précipitation, le coût de la consolidation des digues n'est-il jamais apparu?

Je suis gêné, que dois-je faire?

Le président Buch s'est cassé les dents sur St Louis et Katherina, question d'échelle, ici mon président se casser-t-il des dents seulement à l'italienne?

C'est peu probable, alors....

Je vais lui dire qu'il doit évacuer "ad minima", consolider les digues "ad maxima".

J'peux pas mieux faire.

Car certains pays, extrêmement portés sur la finance, font profit quand même de gagner sur la mer, réchauffement ou pas....

Il ne faudrait pas que cela monte trop loin aux cerveaux!