J'ai viré mon Dir-com.....,

j'ai appris qu'il prenait au sérieux le sujet de la morale, ce qui 'est pas une faute professionnelle lourde en soit, la déontologie n'en parle même pas.

Non!, l'histoire c'est qu'il commençait à investir le champs de l'Histoire!

Alors là non! L'Histoire a son champs, la Morale a le sien.

La perspective historique en moralité, le ministère n'a pas les moyens!

Et la règle d'or, "surtout pas de vagues" se risquerait en tsunami.

La morale on tourne autour, on ne la pratique pas, on se contente de voir quoi elle agite au jour le jour, seconde par seconde en action.

Comme elle n'agiterait que quant à l'autre, s'il faut en plus inventer l'autre, ça c'est pas mon ministère!

C'est décidé, je recrute un nouveau Dir-com, un qui sorte du terrain où poussent les vrais gens.

Je serais très minutieux, et il devra dresser un panel de vrais gens très très à jour.

Et pas de sondages!

Pour chaque candidat, l'usure de son bâton de pèlerin, comme au plus près de la poignée, c'est cela qui fera preuve.

Et puis, je me fiche de savoir s'il doit déjà avoir fait tout le boulot, avant de le faire pour l'œuvre ministérielle, ni avec quels moyens!

Juste qu'après, par stratégie, j'aurais plus qu'à tester le ressort du candidat...

C'est simple,efficace, et monsieur Déherrache lui, c'est un techno, il m'aidera en phase deux.

Il gère très feutré lui, les pieds sur terre, le salaire en poche, la tête dans les ressorts, et le reste en synergie. Ça devrait le faire, il a pas de copains.

Quand on est Ministre de on cherche quoi, il faut savoir taper du poing sur la table!

Et puis, Ministre de on le savait déjà, voire de l'information, ça fait redondance.

Alors par les temps qui courent...