On le voit bien, ma définition du réactionnaire n'est pas la même, que celle dite avec le vote Le Pen par Alain  Finkelkraut.

Ainsi Alain  Finkelkraut, serait plus un chantre de la pensée réactionnaire, que lui même un véritable réactionnaire. Je doute fort qu'il l'admette, et je ne peux le penser, plus loin que le doute, à propos de quel réactionnaire il s'agit!

Savoir comment on est réactionnaire, c'est assez intime pour que cela ne surgisse pas "véritablement" dans le champs des observations "véritables" de la réalité.

Reste que mettre le doigt sur une sorte de réactionnariat comme contagion, c'est au bénéfice des propos d' Alain  Finkelkraut qu'on le doit, exemplairement dans ce livre.

Plus loin,  Alain  Finkelkraut  ne vient pas encore à l'extraordinaire transformation que propose, sans encore vouloir l'autoriser,  le monde équipé comme aujourd'hui ainsi qu'il pourrait l'autoriser, avec l'inviolabilité des attachements et l'individualisme qui sous-tend, peut-être parce qu'il y a leurs dépérissements malgré tout.

Avant la promesse de l'inter-subjectivite, demeure le regard depuis l'autre qui se construise et dans lequel la vie s'éternise, plutôt que l'injonction du regard de l'autre mieux autorisé dans lequel il faudrait vivre.

Car c'est bien la définition de l'autorisation du regard qui fait d'avance l'attitude réactionnaire, avec le dépérissement des attachements brouillant inexorablement son propre regard, alors rendu ce brouillage indisible objet moral, tandis que l'œil neuf du bébé, contrariant l'histoire avant de s'y brouiller, vise sans autorisation, et avant tout attachement, l'ailleurs essentiel, tout de passé, tout de futur et absoluement rattaché.

Comment peut-il se faire que l'on ne regrette rien de sa vie, mais que l'on a des regrets de vie?

Comment l'homme politique (à gauche, maintenant à droite) peut-il oser demander à un parterre d'électeurs lui soumettre et soumettre quel est ,pour certains dans ce parterre, leurs "projet(s) de vie"?

Comment les attachements peuvent-ils être ainsi autant malmenés?

A quoi riment donc ces confitures de stratégies?